« Hedgewitch » du 21ème siècle

Je n’ai jamais vraiment aimé les étiquettes (c’te rebelle), mais si je devais me classer dans une catégorie de sorcière, ce serait sûrement hedgewitch, ou kitchen witch, bref le genre de sorcière qui préfère chercher la magie dans les choses simples du quotidien et dans ce que son univers direct a à lui offrir plutôt que de me lancer dans des cérémonies trop formelles. C’est sûr que ce terme n’englobe pas que ça, il y a aussi tout l’aspect communion avec l’Autre Monde, mais d’un côté les deux sont étrangement liés.

Je ne dis pas que je travaille exclusivement dans ce domaine, mais plutôt que je m’y attache de plus en plus avec le temps, que j’y reviens, qu’il est mon socle. Ça fait plusieurs années que j’étudie les plantes et les formes de magie folklorique, celle des paysans, des rebouteux, des sage-femmes d’autrefois…
Autrefois sorciers et chamanes avaient ce rôle d’intermédiaires entre le monde des humains et celui des esprits, ils savaient « traverser la haie », le voile séparant la civilisation du sauvage, pour voir de l’autre côté.

Lire la suite »

Ce qu’est la Magie, et ce que l’art m’a appris à son sujet

En ce moment, à l’occasion du Pumpkin Autumn Challenge créé par Guimause, je suis en train de lire un livre de Jo Walton appelé Morwenna. Il traînait dans ma pile à lire depuis un bon bout de temps, je l’avais commencé et puis arrêté sans raison.

J’adore lire, pour m’évader, faire travailler ma visualisation, ou remplir mon cerveau d’autre chose que de mes propres pensées. Pourtant, depuis que j’ai arrêté la fac, je n’ai quasiment rien lu d’autre que des bouquins pour ado à la fois vides et distrayants, ou des livres ésotériques souvent indigestes. Du coup, comme je suis beaucoup trop contente que ce soit l’automne, j’ai décidé de participer à ce challenge pour élargir mes horizons et apprendre.

Moi dès le 1er septembre
Lire la suite »

L’étude de l’Ombre face à l’anxiété

* Tout ce qui est dit dans cet article est uniquement le fruit de mon expérience personnelle et ne pourrait en aucun cas remplacer l’avis d’un professionnel.

Ça fait plusieurs années que je souffre de ce qu’on appelle un trouble « anxio-dépressif ».

Ce terme un peu indigeste décrit une forme spécifique de dépression qui s’accompagne d’anxiété. Je ne vais pas trop m’étendre sur la définition ou sur les symptômes divers et variés, ça serait beaucoup trop long ! Aujourd’hui, on va plutôt discuter de la manière dont j’aborde spirituellement la chose. Ce sera un peu moins sorcier et un peu plus psycho, pour une fois.

La sorcellerie est pour moi un pont entre le profane et le spirituel justement, mais ma pratique s’étend à plusieurs formes de thérapies « douces » dont je vais parler aujourd’hui et qui apportent un complément à mon traitement. Parce que, même si j’ai un suivi médical, il est parfois difficile de trouver le bon soignant et il n’y a pas toujours quelqu’un pour nous aider dans les moments critiques. Il faut donc réussir à trouver ce qui fonctionne pour nous, et bien se comprendre pour connaître et anticiper ses réactions. C’est particulièrement vrai avec l’angoisse qui est un souci de chaque instant.

Lire la suite »

La pierre de Lune, ou adulaire

J’ai acheté ma première pierre de lune il y a quelques années dans une boutique spécialisée près de chez moi. Je n’avais pas spécialement prévu d’en prendre une mais j’ai eu comme un coup de foudre sur celle-là, pourtant loin d’être aussi belle que certains spécimens qu’on peut trouver à certains endroits du monde (mais moi je la trouve quand même belle, d’abord).
C’était la première fois que je me sentais vraiment « connectée » à un pierre. J’ai pour habitude de les choisir souvent sans en connaître les propriétés, à l’instinct. Ça n’a jamais été aussi pertinent qu’avec cette adulaire ! Depuis, je l’utilise tout le temps et je l’emmène partout.
C’est pourquoi j’ai décidé de commencer cette petite série d’articles consacrées à mes études minéralogiques avec cette pierre si particulière et magique.

Lire la suite »

Fille de l’Ombre ou le royaume de la sombre Déesse

« Hecate« , William Blake (1795)

Je suis une créature de la nuit. Quand le soleil se couche, mes sens s’étendent, mon anxiété diminue, ma créativité se réveille. Je n’ai jamais réussi à me coucher tôt trop longtemps, dès que je n’ai plus la contrainte de me lever à l’aube le naturel revient au galop.

Quand je peux, je le laisse revenir, parce qu’il me fait du bien. Il n’y a aucun moment de la journée où je me sens aussi bien que lorsque tout le monde est couché, que le bruit du monde s’apaise et que je me retrouve seule. Ça n’a rien à voir avec la solitude de l’insomnie, celle qui est angoissante et frustrante. Non, c’est une solitude choisie, un moment où le temps semble s’étirer et offrir de nouvelles possibilités. Ça ne veut pas dire que je n’aime pas le reste, simplement que je n’en ai pas autant besoin.

Lire la suite »

Suis-je assez doué-e pour être une sorcière ?

« The Sorceress », J.W. Waterhouse
Même elle a l’air perdue dans ses études.

Souvent, quand je discute avec d’autres apprenti-e-s sorcier-ère-s, j’entends les mêmes propos : « je ne m’y connais pas assez pour jeter des sorts », « je ne suis pas encore assez doué-e pour me considérer comme sorcière », « je ne fais pas grand-chose d’important, juste des petites prières par-ci par-là… »

Lire la suite »

Litha, entre chêne et houx

Récemment j’ai interrogé l’Oracle Celte des arbres, un jeu absolument superbe que je n’avais pas sorti de la malle à Tarots depuis belle lurette…

J’ai toujours été fascinée par les arbres, déjà petite quand on me demandait mon métier de rêve je répondais : « je veux être un singe pour grimper dans les arbres ! » (avoue que ça sonne mieux qu’astronaute). Arrivée au lycée je ne dessinais que ça, j’empruntais des livres d’images au CDI et je mettais à profit les longues heures d’ennui passées en classe pour reproduire différents modèles de troncs.

Lire la suite »